jeudi 18 juin 2015

RETROSPECTIVE BROUTIN A BERLIN ( LA PLAQUE TOURNANTE)

"Pas à pas, le non-peintre Broutin", tel est le titre de cette rétrospective de presque cinquante années de lettrisme par Broutin à  La Plaque Tournante (curator : Frédéric Acquaviva), avec plus de 200 documents, oeuvres, photos, dessins, vidéos et sons, de 1968 à 2015. Une occasion unique de se confronter aux propositions réellement radicales de cet artiste, le lettriste le plus cohérent selon Maurice Lemaître, à  (re)découvrir d'urgence. Le 26, soir du vernissage, sera créée le "Concerto n°3" de Broutin avec Loré Lixenberg en soliste et le lendemain, dans le cadre du festival48 Stunden Neukelln, Sylvain Monségu, le critique spécialiste du Soulèvement de la Jeunesse viendra donner une conférence en anglais sur les théories d'Isou et leurs applications dans l'œuvre de Broutin. On y distribuera la première traduction en allemand du texte d'Isou (H.S n°5, Editions AcquAvivA). Du 26 juin au 18 août ; vernissage le 26 juin, de 19h à 22h (entrée libre), conférence le 27 juin à 20h (entrée libre), puis sur réservation : La Plaque Tournante, Sonnennallee 99, 12045 BERLIN

jeudi 9 avril 2015

LE CINEMA D'ISIDORE ISOU A LA FONDATION DU DOUTE


"Initiateur du mouvement Lettriste en 1945, Isidore Isou a exploré bien des domaines mais pour l’heure, ce sont ses « Œuvres de cinéma 1955-1999 » qui seront exposées à la Fondation du doute.
A l’occasion de cette rétrospective, le pavillon d'exposition se transforme en salle de cinéma.  « L’auberge espagnole » de 1965, « Questions et réponses » de 1967, « Fleur de browning » de 1999… autant de films qui ne manqueront pas d’interpeller les visiteurs. « Discrépants » (où l’image et la bande son sont désynchronisées), « ciselants » (avec intervention sur la pellicule), ou encore « supertemporels » (le spectateur fait le film), un cinéma étonnant permettant de découvrir certains des concepts du Lettrisme, un mouvement artistique dont l’importance sur la création artistique de la seconde moitié du XXe siècle n'est plus à démontrer.
Comment comprendre les œuvres si l’on se prive de voir dans leur périmètre celles issues d’autres expériences à la même période ; Fluxus, Lettrisme, Nouveau Réalisme, Art sociologique, Situationnisme... sont autant de mouvances artistiques, théoriques, œuvrant dans une même période entre les années 50 et 70, années si effervescentes dans l’histoire de l’art du XXe siècle. La Fondation du doute, qui présente l’un des ensembles les plus conséquent en France, d’œuvres ou plutôt de propositions Fluxus, rend hommage à ce grand artiste que fut Isidore Isou, créateur du Lettrisme. Après le dadaïsme de Tristan Tzara et le surréalisme d’André Breton, voici donc avec Isidore Isou une nouvelle tentative radicale de constituer un système de pensée destiné à changer le monde. Autant Fluxus s’est affirmé comme un état d’esprit plus qu’un mouvement à part entière, autant le Lettrisme s’est construit comme l’une des dernières avant-gardes artistiques fondée sur la prédominance de l’acte de création et la recherche permanente d’apports nouveaux dans tous les domaines du savoir." (....)suite...