dimanche 31 août 2014

FRIME ET CHATIMENT : the french touch !





le nouveau logo du parti socialiste ?


UNIVERSITE D'ETE SOCIALISTE : REVEILLEZ LES MORTS !




L'actuel premier ministre, est bien un ambitieux qui sans nuance a décidé de transformer un parti socialiste moribond, désormais sans doctrine, paralysé par des contractions non résolues depuis des années, en une force de frappe électorale avec pour horizon, les élections présidentielles de 2017. A l'instar d'un sarkozy minoritaire lancé autrefois à la conquête de l'UMP, notre ministre prend à rebours toute la doxa socialiste, et dans un contexte de crise où les notables de gauche s'inquiètent pour l'avenir de leur place, parvient à obtenir leur consentement et leur allégeance, alors qu'aux dernières primaires il réalisait un score peu glorieux de 5% des suffrages. Bravo... la presse s'interroge, s'inquiète ou s'impatiente (selon les officines...) : dérive libérale, réformisme enfin assumé, ou effets de manche et d'annonce qui masquent à peine l'absence de doctrine et la panique d'une majorité sans idée et sans troupe ? On évoque à propos de Valls les exemples de Blair, de Schroder, de Zapaterro, on suggère la nécessité de sortir des clivages et postures au nom d'une efficacité désirée par un peuple rongé par les démons d'une inquiétude bien légitime (chômage toujours à la hausse, succès grandissant du front national nouvelle mouture ), on s'en remet à l'homme providentiel qui dans le désert politique français peut ainsi apparaître comme un esprit visionnaire, d'une envergure "historique", amené par les circonstances à être le grand "homme" dont les manuels d'histoire et les journalistes raffolent ... l'ambitieux valls n'est pourtant ni social démocrate, ni social libéral, moins encore incarne-t-il une quelconque troisième voi(e)x ou troisième gauche... il s'inscrit davantage dans une démarche libérale/conservatrice, autant que celle-ci peut lui permettre d'espérer dans une france plus droitière que jamais ramasser les suffrages des électeurs UMP, centristes, voire frontistes, sans égard pour une gauche amenée à disparaître comme centre de gravité du paysage politique (elle le fut autrefois...). Ne cherchez pas des idées chez Valls, des convictions, un diagnostic éclairé sur l'état du pays, son arrivisme lui impose d'user de la transgression pour surprendre, déstabiliser, séduire par un volontarisme insolent et décomplexé, par sa parole débarrassée de la vieille rhétorique étatiste ; il reprend la faconde et l'argumentaire sarkozyste, en appelle à la rupture, au mouvement contre l'immobilisme de son parti et des camarades, et tout cela au nom d'une "gauche responsable" qui n'est qu'un signifiant vide agité pour rassurer les plus sceptiques... La visite de Monsieur Valls aux Universités d'Eté du Médef donne pourtant la mesure de son talent et de ses ambitions : si Monsieur Valls ne supporte pas le conservatisme de ses amis socialistes, il s'accommode pleinement des rigidités d'un patronat français particulièrement frileux en matière d'innovation ; ce dernier à travers la voix très officielle du Medef représente moins les forces vives de l'économie française, leur avenir, à savoir une puissance d'invention, de découverte et de conquête(s), qu'une officine plaidant ad vitam aeternam pour les mêmes secteurs catégoriels et leur propriétaires inquiets (les industries culturelles en sont un bon exemple, sans parler de l'automobile) . Cette séquence est particulièrement représentative de ce qu'est désormais devenue la vie politique française : une joute surréaliste entre néos, rétros et archéos, où la nouveauté de l'époque est regardée avec les lunettes des années 60 (Valls ne reprend-il pas en partie les conclusions du rapport Rueff, 1960 !?) ou 70 (le côté "lutte des classes", l'étatisme maladif, l'inintelligence économique chez les "frondeurs"). Le succès de la ligne libérale/conservatrice du premier ministre est à chercher dans l'épuisement d'une doctrine socialiste rendue obsolète, dépassée par des problèmes auxquels elle peine à donner une réponse crédible, mais aussi dans un dogmatisme réitéré de ses cadres qui finit par rendre la transgression nécessaire, indispensable voire séduisante pour un électorat qui reconnait en son for intérieur l'inadéquation du socialisme français à des mutations historiques majeures (mondialisation des échanges, succès de nouveaux acteurs économiques comme les "Brics", généralisation du numérique). Libération tente de limiter la casse symbolique en titrant sur le tournant "social démocrate" du nouveau gouvernement Valls comme si les socialistes avaient enfin gagné en maturité, renoncé à leur gauchisme infantile, protestataire... il n'en est rien, le virage économique libéral des socialistes (prêts à défendre aujourd'hui ce qu'ils dénonçaient hier comme ces 200 députés solidaires du gvt qui craignent vraiment pour leur poste) repose sur des prémisses erronées : à écouter le premier ministre, il y aurait d'un côté un patronat vertueux qui ne demande qu'à créer massivement des emplois, de l'autre des rigidités, des blocages, des conformismes... Et d'ignorer de fait les blocages, les conformismes qui font du Medef une organisation soucieuse surtout de prolonger le statu quo à son avantage (peu différente en cela de la CGT) et certainement pas ce laboratoire schumpeterien dont la France a en effet grand besoin. Les entrepreneurs qui compteront demain, qui dans l’anonymat et l'indifférence des politiques, travaillent à l'économie future, qui cherchent à entrer sur un marché déjà occupé par des vieillards satisfaits, avec des idées neuves, peuvent difficilement se reconnaître dans une organisation syndicale qui gèrent des situations acquises et des rentes ; à l'intérieur même du monde de l'entreprise, les intérêts entre ceux qui arrivent et ceux déjà là sont contradictoires voire divergents, le premier ministre choisit les seconds et ne soupçonnent même pas l'existence et surtout l'importance des premiers. Ce sont pourtant ces acteurs de l'ombre (souvenons-nous d'un Steve Jobs à ses débuts) qui ont surtout besoin d'un "choc de simplification", d'un assouplissement du cadre et des règles, bien plus que ces groupes ayant pignon sur rue qui visiblement attendent du plan compétitivité/emploi des opportunités de gain et non l'occasion de relancer l'investissement et la recherche. Mensonge du terme "social-démocrate" quand on comprend le deal passé entre le gouvernement et le Medef (j'assouplis les règles et vous me créez des emplois) dans la plus grande tradition du dirigisme étatiste, véritable ADn de la France, avec le souci exclusif de présenter aux français des résultats fussent-ils fondés sur un néant économique validé par le patronat. Mensonge du terme "social-démocrate" encore quand on note l'absence totale de toute politique sociale du gouvernement sommé de réformer, de réduire une dépense publique abyssale et sans doute notoirement inefficace dans ses affectations. Le premier ministre se fait fort de n'offrir à la jeunesse (le thème de campagne du candidat hollande !) qu'un programme d'austérité janséniste, le plaisir masochiste de suivre dans la douleur la réduction infinitésimale de la dette avec comme message subliminal une morale douteuse (nous avons dépensé, vous devez payer !) et la tentation grandissante de l'exil pour les mieux formés, sans doute effrayés par le no future français (la "french touch" comme ils disent). Réduire le volume de la dépense publique qui écrase les français sans apporter les soulagements sociaux espérés, rendre autonomie, initiative et pouvoir(s) aux citoyens plutôt que de déléguer à l'état puissance et monopole d'action, bien sûr d'autant que ce même état peut se muer en puissance d'oppression de la société (c'est le volet "neo-conservateur" de l'actuelle majorité). Tout se  passe pourtant comme si les "réformes nécessaires" (principe de réalité) exigeaient l'abolition de toute dimension sociale alors qu'au contraire c'est aussi en matière de protection et d'accompagnement qu'il faudrait faire preuve d'inventivité. Quid d'un revenu universel qui garantirait aux jeunes une autonomie réelle ? Et d'un Crédit de lancement à destination de ceux et celles qui portent des projets, veulent prendre le risque de la création d'entreprise, sans pouvoir compter sur l'aide des banques, toujours aussi dubitatives face au risque entrepreneurial, ou d'un patrimoine familial ? Enfin imposture du terme "social-démocrate" sur des sujets aussi régaliens que la formation ou l'éducation ; le dirigisme d'état ne parvient plus à masquer la médiocrité des résultats, obtenus dans le broyage des enthousiasmes, d'un ministère de l’éducation nationale qui représente le premier budget de la Nation, un mythe voire une mystification qui sous couvert de "méritocratie" organise la confiscation des places stratégiques au profit d'élites endogamiques : beaucoup de peines pour si peu de joies.... De quoi faire sourire nos amis scandinaves.
Bref, vivants si vous passez par La Rochelle, passez votre chemin, vous n'y verrez que des spectres agitant des slogans du programme commun contre un gouvernement qui découvre tatcher et reagan avec 40 ans de retard... les morts parlent aux morts....

jeudi 21 août 2014

DE QUOI LEUR DENONCIATION DE L'ANTISEMITISME EST-ELLE LE NOM ? (2)

"Les Français de souche sont peu à peu remplacés et comme l’assimilation ne fonctionne que pour une partie seulement de cette nouvelle population extra-européenne (celle qui a eu la volonté de s’assimiler), la France s’expose mécaniquement à la perspective de ne plus être, d’ici une ou deux décennies, ce qu’elle a été depuis son origine c’est-à-dire une nation de souche européenne et de culture chrétienne. Ce phénomène n’est pas propre à la France. D’autres pays d’Europe occidentale le connaissent et les États-Unis aussi qui voient leur population WASP (White Anglo-Saxon Protestants) en voie de minorisation.
Or je suis certain qu’il existe une majorité des Français qui ne veulent pas voir la France perdre sa civilisation et je suis certain aussi qu’une majorité politique peut se construire avant 2017 autour de cette idée que Marine Le Pen incarne mieux que quiconque. Il n’y aucune autre solution crédible que de construire cette majorité avec ceux qui ont déjà compris le lien entre le défi islamique intérieur et le défi islamique extérieur.
De ce point de vue, le sort des minorités chrétiennes d’Orient, projection dans l’avenir de ce que pourraient vivre les Français dans une France majoritairement islamisée, comme le sort des Juifs de France de plus en plus victimes de brimades quand il ne s’agit pas de violence, devraient aider les Français à comprendre que l’unité de la France ne va plus de soi et que de grands périls pèsent sur elle.
Le nouvel antisémitisme vient d’une partie de la communauté musulmane qui associe les Juifs à la politique d’Israël. Les manifestations pro-palestiniennes récentes ont apporté la preuve évidente, d’une part que la cause palestinienne est devenue une cause islamiste, d’autre part que l’antisionisme ne cherche même plus à s’y distinguer de l’antisémitisme (on a même vu dans ces manifestations des pancartes se référant à Mohammed Merah, tueur d’enfants juifs). Bien évidemment, tout Français lucide n’est pas dupe quant au jeu symétrique du communautarisme juif, lequel a ses propres raisons de se victimiser pour soutenir la logique d’émigration vers Israël. Mais l’exagération ou l’instrumentalisation n’enlèvent rien à cette réalité implacable que les enseignants de l’Education nationale relèvent depuis des années maintenant dans les copies de beaucoup d’élèves issus de l’immigration. Un pan entier et important de la population de nationalité française d’origine arabo-maghrébine et musulmane n’est plus seulement antisioniste, il est antisémite."
Aymerci Chauprade
http://blog.realpolitik.tv/

mercredi 13 août 2014

lettre ouverte aux jeunes socialistes et à leur lucidité radioactive

j'ai lu avec intérêt votre tribune publiée sur le site Médiapart (1) ; j'y ai deviné un écœurement, une colère contenue, et surtout une incompréhension face à des mentors, vos aînés, sans doute surpris et irrités de vous voir prendre des initiatives qu'ils jugent aventureuses voire contraires au meilleur des mondes qu'ils ont planifié sans vous. Les coups les plus bas sont donc venus des camarades avec qui vous pensiez partager une utopie, des valeurs communes, une histoire, des luttes, un beau projet pour la France... Vous restez sans voix face à leur soupçon insistant, vous rougissez moins de honte que de colère à vous voir renvoyés aux côtés des soraliens et autres dieudonnistes, à devoir justifier vos convictions, votre enthousiasme, votre engagement ; vous vous défendez maladroitement, et chaque mot que vous prononcez semble vous accuser et vous accabler un peu plus... Solidarité avec les palestiniens ! Allons bon, voilà que les jeunes socialistes se font les complices naïfs, imbéciles, des terroristes du Hamas ! la fièvre antisémite corrompt jusqu'aux meilleurs d'entre nous ! Vous découvrez perplexes la révolte à géométrie variable des cadres du socialisme bedonnant et grisonnant, et leur indignation empesée, toute rhétorique, de professionnels du spectacle politicien qui doivent jouer leur petite partition attendue : vous les voyez froncer les sourcils, adopter la gestuelle malrucienne, le regard possédé par quelques visions abominables, invectivant un accusé absent, vociférant, martelant les mots clefs de leur dictionnaire qui ne compte que quelques pages, dans un réquisitoire sans appel, dont vous vous découvrez ahuris l'objet.
Vous pensiez avoir à vos côtés des camarades avec qui discuter librement, il n'en était rien ; le ton professoral, hautain et méprisant, le regard courroucé avec lequel ils vous toisent et vous clouent au pilori de l'abomination, tout indique chez eux que vous n'avez jamais été qu'un alibi exotique, le supplément d'âme juvénile d'un parti déclinant, qui certes a autrefois tendu une main amicale à la jeunesse mais c'est parce qu'il avait besoin de sa voix et de ses voix pour accéder à la fonction suprême. Mitterand en fin politicien avait médité l'échec de 1974, la classe ouvrière, même appuyée par des classes moyennes désireuses de voir les socialistes gouverner le pays,  ne permettait pas d'escompter un succès électoral ; en dépit du programme commun d'inspiration marxiste, c'est vers la jeunesse que le candidat s'est alors tourné, avec le succès que l'on sait. Depuis la gauche considère comme acquis l'adhésion et le vote des jeunes pour ses candidats ; à travers sa politique culturelle, éducative, les associations qu'elle subventionne, elle a construit l'illusion que le socialisme à la française était la voix naturelle de la jeunesse, et donc de l'avenir, une véritable chasse gardée, un vivier au sein duquel elle puise quelques heureux élus pour renouveler de temps en temps les postes laissés vacants par des départs en retraite, bref un tapis de voix sur laquelle elle s'est longtemps reposée sans contrepartie. Le Parti socialiste se présente continuellement  comme le parti du mouvement et de l'avenir non en raison d'idées que ses cadres médiocres sont incapables de produire mais justement parce que les idées neuves portées par de nouveaux venus peuvent trouver, après épreuves, pénitences et bizutages, une place et apporter leur vitalité à des vieillards somnolents. En accédant au pouvoir le parti socialiste s'est bunkérisé comme les autres (allégeances, flagorneries, intrigues, cooptation..., aujourd’hui d'ailleurs autant qu'hier, définissent l'ordinaire de cette cour caricaturale, mais Paris-Match a remplacé hélas Saint-Simon), il a en grande partie perdu le vote des jeunes qui ne se déplacent plus le jour des élections, ou s'expriment dans des choix de rupture, de dissidence et de résistance, à l’extrême droite ou à l’extrême gauche plus rarement, mais la puissance symbolique est là intacte, c'est tout ce qu'il reste à la gauche de gouvernement, François Hollande en plagiaire intelligent de Mitterand ne s'y est pas trompé : pour qui annonce des lendemains qui chantent la jeunesse est un étendard précieux.
 Que la politique comporte sa part inavouable de petites intrigues, de calculs mesquins, de reniement, de machiavélisme bien ordonné... tout cela n'est guère nouveau et fait partie d'un principe de réalité avec lequel il faut bien compter, que l'authenticité et la pureté des intentions soient de piètres alliés dans la bataille politique qui vise au succès électoral, la cause est entendue... mais le malaise qui traverse votre lettre semble s'enraciner dans une rupture plus profonde, générationnelle ; votre soutien critiqué aux palestiniens révèle un divorce entre une bureaucratie datée (Laurent Fabius était déjà ministre dans les années 80...) qui sous couvert d'une éthique de responsabilité mène en fait la politique de ses artères, néoconservatrice, dans un société vieillissante, et une base militante qui lui sert encore de sympathique alibi, non sans contradiction. Vous vous revendiquez "jeunes, socialistes, pacifistes, internationalistes" j'ai bien peur pour vous qu'il ne se trouve pas un ministre du gouvernement actuel à qui l'on pourrait attribuer spontanément ces quatre qualificatifs et je suis convaincu que certains ou certaines ne manqueraient pas de protester en indiquant qu'ils ont vraiment fait tout ce qui était en leur pouvoir pour ne plus se voir ainsi dis-qualifié(e). Vous devriez approfondir votre perplexité et votre colère, interroger vos doctes cadres, au delà de vos exigences de "respect", afin de prendre la pleine mesure du paradoxe de votre position : on ne prépare demain avec les idées d'hier, le socialisme à la française est chose morte, ce sont ses rentiers, ses héritiers intrigants, qui ont besoin de votre jeunesse pour lui donner l'illusion de la durée, de l'actualité voire de l'éternité, pour garder une place, un poste, un pouvoir, mais ce n'est qu'un rêve, un mensonge complaisamment entretenu, une imposture de plus au passif des socialistes, une faiblesse peut-être chez certains d'entre vous qui comptent sur ce vieux monde pour faire carrière, "arriver" mais dans quel état, dans combien de temps, et pour quel bilan peu glorieux... Qui parmi vous veut être un Harlem Désir, un Julien Dray, voire un Manuel Valls.... , voyez ce qu'ils étaient et ce qu'ils sont devenus, sont-ce là des exemples susceptibles de forcer l'admiration et de galvaniser l'enthousiasme militant, vraiment ?
Je vois aussi dans votre sensibilité piquée au vif, bien des qualités, qui se trouvent détournées, exploitées au profit d'un parti et d'individus qui ne les méritent pas. La tentation de taire son authenticité pour se fondre dans la doxa d'une force politique qui vous permettra une belle carrière est sans doute grande, surtout en temps de crise, je passe sur ceux qui comme Jospin prétendaient via l'entrisme transformer l'appareil de l'intérieur, cet ancien trotskiste a fini premier ministre.... Mais c'est un mauvais calcul, rien ne dit que le socialisme à la Française conservera ses prébendes après les élections de 2017 et offrira à ses militants dociles autant de débouchés qu'auparavant ; au lieu d'être les derniers d'une histoire qui s'achève de la plus triste manière, à savoir réactionnaire et conservatrice (les socialistes craignent la nouveauté politique qui  les renverrait définitivement dans les poubelles de l'histoire), pourquoi ne pas être les premiers à porter une nouvelle utopie politique ? Les partis institués, leurs cadres attendent vos idées, votre énergie, votre temps, votre dévouement, pour alimenter leur programme, installer leurs élus... et si vous commenciez d'abord par vous mobiliser pour vous-même, sur la base  d'une condition commune, d'un destin partagé par ceux et celles qui vivent leur jeunesse comme une épreuve ou une impasse dans une France bloquée qui n'annonce aux arrivants qu'un lot de galères et de misères ? car avant d'être socialistes vous êtes jeunes, et c'est cela qui vous donne un avantage, théorique et pratique, sur ces mêmes socialistes. A lire les sociologues, les jeunes sont les grands perdants de l'époque, et ils n'auraient d'autres ambitions que de militer pour le confort de leurs grands parents ? sérieusement ? Il n'y a rien à attendre d'un parti aussi fatigué que le parti socialiste, c'est à vous de prendre la relève, de le rendre irrémédiablement inactuel en proposant aux problèmes qu'il soulève mais auxquels il ne sait pas répondre, vos propositions, vos solutions, vos convergences, vos revendications.
Dans votre lettre, vous prenez bien soin de vous désolidariser des dieudonnistes et des soraliens, vous condamnez les "casseurs", soit mais que proposez-vous à ces jeunes enragés qui cherchent l'affrontement avec les forces de l'ordre, manifestent défiance et hostilité face à la morgue républicaine d'un premier ministre droit dans ses bottes : de la prison, de la rééducation, des amendes ???... C'est avec cette jeunesse là, perdue pour les élections, tentée par les extrêmes et la radicalité, qu'il vous faudra aussi dialoguer, voire agir, afin de lui donner toute sa place dans la société, non seulement comme bénéficiaire de possibles réformes mais surtout comme acteur de ces transformations. L'avant-garde réelle n'est en rien cette réduction communautariste, ethnique, confessionnelle tant prisée par Monsieur Valls, c'est la ligne de force qui traverse l'ensemble du corps social, et découvre par les fractures qu'elle révèle d'étonnantes convergences, des rapprochements impensables hier, qui bousculent l'ordre établi, appellent une redistribution des cartes, des alliances, des conflits...
Je comprends votre révolte, je la partage et je vous souhaite de la pousser jusqu'à son terme libérateur. 




(1) http://blogs.mediapart.fr/blog/sarah-kerrich/050814/jeunes-et-socialistes-nous-manifestons-pour-la-palestine

 

 

LA SOCIETE DU SPECTACLE : QUERELLE ET QUENELLES




Si, au XVIIe siècle, l'Angleterre puritaine, la Hollande gomariste, la Genève calviniste réussissent à supprimer complètement le théâtre et à interdire la profession comique, il n'en va pas de même en terre catholique : la Querelle de la moralité du théâtre y laisse place au compromis entre cet art et ses interprètes d'une part, généralement soutenus par les autorités civiles, et d'autre part les autorités ecclésiastiques soucieuses de réforme profonde des moeurs chrétiennes. Ce qui est en jeu dans ce débat entre clergé réformateur et amis du théâtre, c'est moins la moralité du texte théâtral que les moeurs de ses interprètes, et la portée morale du jeu dramatique proprement dit. L'Eglise, et en cela elle partage, si je puis dire, la conception du théâtre d'un Antonin Artaud, ne s'intéresse pas tant au théâtre “ de texte ”, qu'à l'expérience dramatique elle-même, à ses acteurs, à ses spectateurs, et à l'enjeu de salut ou de perdition qu'ils impliquent.
Passons en revue les protagonistes de la Querelle. D'abord, les arguments d'autorité. Aussi bien le cardinal Borromée que le publiciste puritain William Prynne, le jésuite Mariana (De Spectaculis, 1606) que le théatin Francesco del Monaco (In Actores et spectatores comoediarum nostri temporis paraenesis, 1621), tous les tenants de la thèse rigoriste citent les Pères de l'Eglise, Tertullien, Cyprien, Augustin parmi les grecs. Tous condamnent les spectacles profanes comme autant de reviviscences d'un paganisme archaïque, et les comédiens, comme des résurgences d'un clergé démoniaque, attachés sous ses masques multiples à séduire et perdre les âmes. Sous cet arsenal de citations patristiques (auxquelles se joignent celles de Sénèque) on reconnaît la volonté de reprendre ab ovo le grand combat de l'Eglise des premiers siècles contre cette forme du culte polythéiste qu'était le théâtre antique, revivifié dans les Académies par l'humanisme docte, répandu par les troupes de Commedia dell'arte.
La seconde série d'arguments invoqués par les partisans de la suppression du théâtre porte sur les comédiens eux-mêmes, les histriones. Ce sont non seulement des agents du démon, et de sa multiplicité, mais des prévaricateurs de la parole, qu'ils vendent aux spectateurs : il est légitime que le droit romain ait dénié à de tels sophistes toute fiabilité dans la vie civile, en leur ôtant la capacité d'entrer dans un quelconque contrat, à commencer par le mariage. Le droit canon a étendu à la société religieuse l'incapacité de ces esclaves mercenaires : il les exclut des sacrements et de la sépulture chrétienne. Perdus de moeurs, par définition, ils vivent en état de prostitution publique ; leur vue, à plus forte raison leur fréquentation, est criminelle. Les masques qu'ils portent ou les personnages qu'ils miment les ravalent dans une sorte d'animalité contagieuse.
Le troisième groupe d'arguments est sans doute le plus déterminant : il touche cette fois à l'essence de l'art dramatique, et à la nature du plaisir mimétique qui appelle les uns vers les autres comédiens et spectateurs. Pour les rigoristes, l'essence de la mimesis dramatique est démoniaque : l'homme, image de Dieu, se dissout au miroir de la scène en images de Satan, auxquelles l'identifie un plaisir intrinsèquement sexuel et pervers, une inclination à la chute et à la corruption. Le temps consacré au théâtre est l'envers direct du temps consacré au salut. Toute moralisation ou christianisation du théâtre est un alibi qui, rendant le mal moins voyant, accroît son pouvoir corrupteur. Même le dramaturge, que les Jésuites du XVIIe siècle préservent de la malédiction qui frappe ses interprètes, se trouve englobé par les jansénistes Nicole et Varet dans l'oeuvre de mort spirituelle qu'est le théâtre dans son ensemble. Corneille est l'objet de leurs attaques les plus virulentes justement parce que ses tragédies chrétiennes servent de prétexte à l'espèce d'acoquinement sexuel que la scène crée nécessairement entre les comédiens et les spectateurs.
Le soupçon qui se porte sur le théâtre s'adresse à la parodie d'incarnation du Verbe qui s'y fait jour, à des fins mercenaires de la part d'histrions impies, et pour des effets d'égarement sur leurs spectateurs. Face aux sacrements, et entre autres au sacrement de la parole en chaire, que le concile de Trente a élevé au rang d'office majeur de l'épiscopat, la parole et l'action “ comiques ” apparaissent comme des rivales démoniaques : la parole de vérité et de salut ne peut coexister dans la même cité chrétienne avec la parole de mensonge et de perdition, la chaire avec les tréteaux ou la scène, le Christ orateur avec l'Antéchrist sophiste. Même si saint Thomas, suivant la leçon d'Aristote, admettait une certaine légitimité du théâtre, pourvu qu'il se donne une fin édifiante, cette légitimité partielle et de principe ne pouvait s'étendre aux comédiens, frappés à la fois d'incapacité juridique au civil, et d'exclusion de la vie sacramentelle. Elle pouvait tout au plus tranquilliser la conscience des auteurs chrétiens de théâtre, mais non pas excuser le recours de ceux-ci aux comédiens pour interpréter leurs oeuvres. Et cependant, en dépit de ces vues rigoristes très généralement prêchées et inspirant les instructions épiscopales ou synodales, le débat en terre catholique restait ouvert. Dans l'Allemagne catholique, on a affaire à un théâtre monocolore, si j'ose dire, puisque les Jésuites et les Ordres enseignants sont seuls à le pratiquer dans leurs collèges. La situation est très différente en Italie, en Espagne, en France, où coexistent un théâtre de Collège et un théâtre profane, interprété par des comédiens “ mercenaires ” et non par des étudiants, et soutenu par les autorités civiles, qui y voient un divertissement louable pour les nobles comme pour le peuple. C'est encore autre chose en terre calviniste. Dans ce dernier cas, le théâtre, sous quelque forme que ce soit, est interdit. On pourrait dessiner une carte de l'Europe au XVIIe siècle selon les lieux où l'on fait du théâtre, où l'on fait les deux théâtres, où l'on n'en fait aucun.  

Marc Fumaroli LA querelle du spectacle au XVIIème siècle
 http://mediologie.org/cahiers-de-mediologie/01_spectacle/fumaroli.html

Du même auteur pour approndir : Rhétorique, théologie et "moralité du théâtre" en France de Corneille à Molière in Héros et Orateurs, Droz p. 449/491 


mardi 5 août 2014

LA COLERE GAGNE LES RANGS DES JEUNES SOCIALISTES...enfin... QUITTEZ DONC CE PARTI QUI NE VOUS MERITE PAS !

Le conflit israélo-palestinien,  avive les passions, non pas depuis la création de l’État d'Israël comme beaucoup le laisse entendre, mais depuis que cet État perpétue une occupation injuste, illégale et meurtrière. Au Proche Orient, nous ne sommes pas face à une "guerre de religions". Les bombardements de Gaza n'ont avoir ni avec la religion, ni avec les origines. En Cisjordanie et dans la bande de Gaza, nous sommes en présence d'un colonisateur et d'un colonisé. Il est important de faire cette première distinction, car tout ce dont on accuse aujourd'hui les camarades qui se mobilisent pour la Palestine repose sur cette confusion initiale. Ce que nous dénonçons aujourd'hui, c'est un problème politique. Nous dénonçons la politique colonialiste et intolérante d'un gouvernement de coalition de la droite et de l'extrême-droite. (...)
C'était en tout cas sans compter sur les remarques que nous avons pu entendre, stupéfaits puis écœurés, à propos des jeunes qui se battent pour défendre le droit à l'existence et à la sécurité d'un Etat palestinien. Il s'est trouvé qu'en France, nous ne pouvions pas dénoncer la politique colonialiste de Benjamin Netanyahou et du Likoud sans être pointés du doigt par certains comme des antisionistes, voire même des antisémites... Que de mots, que de maux. Alors même que de nombreuses voix en Israël s'élèvent contre cette politique, nous avons entendu, y compris parmi nos propres rangs, des réserves concernant notre position, et des mots d’une violence parfois inouïe à notre encontre. Ces personnes qui nous pointent du doigt, nous mettent, d’une phrase, dans le même sac que Soral, Dieudonné et consorts et commettent l'erreur de transformer une revendication politique et humaine en un affrontement religieux et communautaire, en une « guerre de civilisations ».

Jeunes et socialistes, nous manifestons pour la Palestine

 Témoignage militant co écrit par Sarah Haddi, Boris Bonnet, Mehdi Chalah, Akli Chabouni, Mickael Fernandes et Sarah Kerrich

 http://blogs.mediapart.fr/blog/sarah-kerrich/050814/jeunes-et-socialistes-nous-manifestons-pour-la-palestine